Sanctionner la formation des chauffeurs VTC par un certificat de qualification professionnelle, comprenant un module équivalent à la capacité professionnelle en transport routier de personnes.

Par ailleurs, l’exercice par un chauffeur des professions de taxis et de VTC simultanément ne devrait pas être possible. Ce cumul peut en effet favoriser la fraude, notamment dans le secteur des transports de malade. La délivrance par les préfectures de la carte professionnelle de chauffeur VTC devrait être conditionnée à la remise de la carte professionnelle de chauffeur de taxi. Celle-ci serait restituée par la préfecture au chauffeur en cas de retour vers la profession de taxi. Cette mesure est mise en œuvre avec succès par la Préfecture de police à Paris.